Le Bien, le Mal, et les blogs bd

Avant de commencer, un petit lien vers le site d’Annaïg, http://ninonbd.over-blog.com/ qui a travaillé pendant un an sur la BD numérique et a mis en ligne ses intéressantes conclusions.

Pour aujourd’hui, un article un peu plus atypique sur les blogs bd autour d’une question que le phénomène illustre particulièrement bien : la notion de qualité est-elle pertinente dans le cas des blogs bd ? En gros, dans quelle mesure peut-on juger qu’un blog est bien, de façon absolue et pas seulement parce qu’il nous plaît à titre personnel. Non seulement cette question de la qualité des blogs est extrêmement délicate, mais elle est rendue d’autant plus aiguë par la nature des blogs. D’abord parce qu’un blog bd, je pense l’avoir démontré, ne répond pas à une seule définition, et donc à un seul critère de qualité. Ensuite parce que sur son blog, un dessinateur livre des dessins souvent plus personnels et libres que ceux qu’il pourrait publier via un éditeur, où, et c’est le rôle de l’éditeur, un jugement extérieur précède et conditionne la publication, ce qui n’est pas le cas sur le blog. Enfin, l’interactivité inhérente à Internet et surtout aux blogs, via le système de commentaires, introduit un rapport de proximité entre les lecteurs et le dessinateur, laissant les avis les plus divers s’exprimer, et en particulier des avis dont les critères de sélection sont parfois flous voire malhonnêtes. Le blog est jugé sur son contenu, sur les dessins, mais aussi parfois sur la personnalité du blogueur. Le jugement des autres est bien souvent omniprésent sur un blog, justement via les commentaires.
Je me suis efforcé jusque là dans mes articles de ne pas juger les blogs et de ne pas donner mon avis sur la qualité de tel ou tel blog… Mais je ne pourrais pas m’empêcher de terminer cet article sur quelques blogs « coup de coeur ». Une conclusion idéale, me semble-t-il.

La hiérarchisation des blogs

Pourquoi se poser la question, me direz-vous ? Elle m’est venue en constatant que, en 5 ans, une hiérarchisation s’est faite de facto entre les blogs. J’ai trouvé intéressant de réfléchir aux données de cette hiérarchisation et aux critères sur lesquels elle a pu se faire.
Le première critère, le plus évident, est lié à la publicité des blogs. La hiérarchisation se fonde sur l’audience du blog et permet de distinguer les « blogueurs connus », stars de la blogosphère comme Pénélope Bagieu, Boulet, Laurel, Martin Vidberg, des blogueurs plus anonymes et moins compétents. L’inflation incroyable de la blogosphère depuis 2005-2006 a poussé à une sélection pour orienter l’internaute.
Lorsqu’est apparu le classement wikio des blogs bd, (http://www.wikio.fr/blogs/top/bd), un nouveau critère est apparu, propre à internet, celui de l’autorité des blogs. Comme il est expliqué sur ce classement, « La position d’un blog dans le classement Wikio dépend du nombre et de la valeur des liens qui pointent vers lui. » et « De plus, la valeur de chaque lien dépend du classement du blog qui le poste. ». La liste recherche donc une certaine objectivité et une représentativité pour présenter des blogs influents au sens numérique du terme : qui ont non seulement de l’audience mais surtout qui sont reconnus comme des références par les sites du même type. Ainsi retrouve-t-on, dans ce classement, des blogs connus : Pénélope Bagieu, Martin Vidberg, Margaux Motin, Boulet, Pacco pour citer les « stars » de ce mois-ci (mais ce classement varie en général assez peu).

A partir du moment où l’on commence à classer les blogs, il faut commencer à s’interroger sur la pertinence de ce classement. Et ce d’autant plus que cette hiérarchisation à des conséquences indirectes lors d’évènements comme le Festiblog qui, forcément, sélectionne ses invités. Etre invité au festiblog est vécu pour la plupart des blogueurs comme une consécration de leur travail. Ces blogueurs connus seront ceux que l’on contactera pour des interviews, des interventions, et parfois des publications. La hiérarchisation a donc une influence sur la carrière des dessinateurs. Il faut lier ce phénomène au contexte du star-system traditionnel du monde de la culture qui confond bien souvent visibilité et qualité, à cause duquel certains talents se retrouvent masqués derrière des « stars » proclamés. C’est bien sûr moins le cas dans la blogosphère où, bien souvent, les blogueurs acquièrent une certaine notoriété justement suite à un travail régulier et susceptible de plaire.
Mais le problème de la hiérarchisation se pose de façon encore plus aiguë dans le cas de blogsbd.fr, principal site de référencement des blog bd français qui possède, lui aussi, ses propres critères. J’ai déjà amplement présenté ce site dans mes articles précédents. Régulièrement reviennent des débats sur le rôle, et surtout le monopole de blogsbd.fr, qui est, en effet le principal (car le plus utilisé, mais pas le seul) portail d’accès vers des blogsbd. Car, sans forcément le vouloir, en créant son site, Matt a offert son jugement personnel comme un critère absolu. Matt répète pourtant à chaque polémique que blogsbd.fr ne vise pas à présenter objectivement et égalitairement des blogs, mais qu’il s’agit de son site personnel, où ses goûts se réflètent. La sélection « Officielle », qui s’affiche sur la page d’accueil et est limitée à 100 blogs est présentée ainsi : « Liste de 100 blogs BD élaborée par le webmaster du site, mélange d’incontournables et de goûts personnels. ». L’idée de « goûts personnels » est suffisamment clairs, mais celle « d’incontournable » se réfère bien souvent au classement d’autorité cité plus haut (ainsi retrouve-t-on Boulet, Pénélope Bagieu, etc.). Récemment, justement, la sortie de Laurel de cette sélection officielle a conduit à des interrogations dans les commentaires de son blog, car beaucoup considère Laurel comme une « incontournable » de la blogosphère, l’une des fondatrices du mouvement. La gratuité du service fourni par Matt lui laisse le libre choix de gérer son site comme il l’entend. Or, Matt a, sans le vouloir, une responsabilité dans le succès de certains blogs. Il y a alors une forte ambiguité de blogsbd.fr : à la fois site personnel n’ayant aucune obligation d’objectivité et site de référence utilisé par beaucoup de lecteurs de blogs qui s’en servent comme un outil de sélection des blogs qu’ils vont lire.

N’oublions pas non plus que le phénomène des blogs bd a généré un cliché inversé qui représenterait le degré zéro du blog bd : un blog dont le propriétaire parlerait de ses chats, de sa vie sentimentale, de ses fringues, ou encore prendrait pretexte du moindre événement insignifiant pour en faire une note. Bastien Vives utilise ce cliché dans ce strip acide sur les « blogs de filles » : http://bastienvives.blogspot.com/2008/12/mercredi-lorsque-lon-sent-la-caresse.html ou encore dans cet autre strip sur « le gag » : http://bastienvives.blogspot.com/2009/06/dimanche-lorsque-un-peintre-surfacique.html. On peut alors en déduire qu’un des critères de qualité d’un blog bd serait de dépasser le stade du blog personnel n’ayant pas d’autre intérêt que pour soi-même, mais ayant un intérêt pour ses lecteurs.

Présence du jugement : les commentaires

Il existe justement sur les blogs un système de commentaires dont le rôle est d’autoriser un avis critique. Un argument souvent avancée par les blogueurs à la question du but de leur blog est l’idée d’avoir des retours variés sur leur travail. Via le système des commentaires, présents sur presque tous les blogs, les lecteurs peuvent, ou non, donner leur avis. Pour cette raison, le jugement est très présent sur le blog, soit uniquement dans les commentaires, parfois aussi dans les notes du blogueur, lorsqu’il prend à parti ses lecteurs ou répond directement à une question. Dans une situation idéale, donc, le dessinateur poste une note, et les lecteurs donnent leur avis de façon constructive, lui apportant des conseils.
Je parle ici dans une situation idéale, car bien souvent, les critères de jugement des commentateurs ne sont pas parfaitement constructifs. Il faut d’abord considérer les « trolls » : commentateurs agressifs qui, pour d’obscures raisons, arrosent systématiquement les notes d’appréciations négatives voire injurieuses touchant parfois à la personnalité du blogueur plus qu’à son dessin. Surtout, les remarques positives du type « c’est très bien, continue », sont certes très encourageantes mais pas forcément constructives. Il existe pour des commentaires plus construits et utiles des forums, dont le plus célèbre est celui de Cafésalé, mais le format des commentaires de blog s’avère souvent corrompu ou insuffisant pour permettre d’être toujours pertinent. Je ne connais à vrai dire pas l’avis des blogueurs sur le sujet, pour savoir s’ils tiennent comptes des commentaires…
A travers les commentaires, il y a une présence du jugement qualitatif directement sur le blog, de façon publique. Là encore, on voit bien que les blogs bd ne sont pas détachés de tout jugement. Or, ce jugement des lecteurs est profondément subjectif, lié à une impression personnelle.

Peut-on juger les blogs bd ?
Et pourtant, il me semble que plusieurs arguments viennent montrer que, malgré l’existence de hiérarchisation et de jugements, les blogs bd se prêtent mal à un jugement qualitatif.
L’argument le plus flagrant, à mon sens, est la gratuité. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : ce n’est pas parce que quelque chose est payant (a une valeur marchande) qu’il est de qualité, et inversement. La gratuité n’implique pas forcément la médiocrité, et les débats autour d’internet, parfois dressé en symbole d’une gratuité idéale, tournent souvent autour de ce point. Beaucoup de contenus internet gratuits sont d’une qualité supérieure à leur homologue payant. Mais en revanche, la gratuité n’encourage pas non plus à la qualité, ne serait-ce que pour des raisons bassement humaines. On ne peut pas demander des comptes à un blogueur qui ne poste pas régulièrement une planche complète et, bien souvent, l’argument revient selon lequel le blog étant un espace de libre expression, le dessinateur peut y mettre ce qu’il souhaite, et ceux à qui ça ne plait pas ne sont pas obligés de venir lire. Argument tout à fait recevable, justement à cause de cette gratuité : le lecteur est libre de prendre ou de laisser. Rien n’oblige un blogueur à soigner particulièrement son dessin : tout dépend de l’impression qu’il souhaite donner. La gratuité offre donc une évidente liberté au blogueur qui ne doit pas se plier à un certain nombre de contraintes ; un rapport plus sain au dessin, vécu comme une passion plutôt que comme un travail.
D’autre part, beaucoup de blogs bd existent pour un cercle restreint de lecteurs, famille et amis. Il faut donc faire deux poids deux mesures entre les différentes catégories de blogueurs bd et ne pas juger de la même manière le blog d’un dessinateur professionnel comme Boulet (voir lien sur le côté), ayant suivi une formation artistique et celui d’un jeune étudiant amateur de dessins et de mangas. Là encore, ça ne veut pas dire qu’il n’y ait pas des talents à découvrir dans les jeunes dessinateurs amateurs (c’est le but des « jeunes talents » du Festival d’Angoulême (http://www.bdangouleme.com/fibd-31-concours-jeunes-talents-2010)). Mais il est clair qu’on ne peut juger ces deux types de blogs sur les mêmes critères. S’ils étaient tous deux publiés, sans doute pourrait-on les juger, mais le format blog bd brouille les codes de lecture et rend valable à la fois un blog professionnel et un blog amateur.
Au final, il n’existe pas de véritables critères objectifs pour juger d’un blog et les seuls jugements qui interviennent sont subjectifs et personnels. Le problème du blog est que, comme beaucoup d’autres choses sur Internet, il est coincé entre la sphère publique (puisque publié sur internet) et la sphère privée (en tant qu’espace plus personnel). L’idée d’une hiérarchisation des blogs me semble absurde et dénué de sens dans la mesure où la part d’implication personnelle pousse à une trop grande diversité de formules et de choix. Un exemple frappant est celui des blogs adoptant un style relâché (et je ne veux pas dire par là que leurs auteurs passent trop peu de temps sur les notes). Le blog de Mélaka http://www.melakarnets.com/, par exemple, se présente justement comme un carnets de notes pris sur le vif et donc par essence moins travaillé qu’une véritable planche. De même, les blogs d’anonymes à l’audience restreinte peuvent difficilement être jugés, car l’intérêt qu’ils peuvent avoir et qui pourrait paraître limité est lié à un public fait avant tout d’amis, et donc à des exigences moindres. Il faut tout de même rendre hommage aux nombreux blogueurs qui dessinent de véritables planches sur lesquels ils peuvent passer des heures et les offrent au public sur internet…

La validité du critère de goût est ce qui sépare le webcomic du blog bd : un webcomic est un objet conçu comme l’aboutissement d’un travail de création rendu présentable au public ; il est sujet à un jugement sur sa qualité. Au contraire, la note de blog est un instantané dans lequel intervient la subjectivité ; chaque blogueur envisage à sa manière son blog, de même que chaque lecteur a sa vision de ce que doit être un blog. Certains blogueurs travaillent leur planche de façon approfondie, tandis que d’autres ont une conception plus libre et moins contraignantes. Et bien souvent, un blogueur tente de plaire au goût de son public, la boucle étant ainsi bouclée.
Les blogs bd se situent à la frontière entre la création artistique, de par leur lien avec la bande dessinée, et le billet d’humeur personnel. Tantôt le dessin n’est qu’un simple moyen d’expression, tantôt il est l’objet d’une attention particulière (je schématise, ici, dans la réalité, la frontière n’est pas aussi clairement définie).


Mes blogs à découvrir

Et mes goûts à moi, me direz-vous ? L’intérêt principal que je trouve au blog bd est de découvrir des styles et des créateurs originaux de façon régulière. Je privilégie en général la surprise que me procure une note et l’effet du dessin qui doit être capable à la fois de transmettre des émotions et d’exprimer un univers, celui, puissant et présent, du dessinateur. C’est selon ces critères que je vais vous présenter quelques blogs parmi mes préférés.
Je passerais sous silence le blog de Boulet, un des symboles du succès de la blogosphère, que beaucoup d’entre vous doivent connaître et qui est assurément un incontournable. Un blog que j’adore, mais dont je ne parlerais pas ici pour au contraire vous amener à des découvrir d’autres blogs dont vous êtes peut-être moins familier.
Le blog de manu xyz (http://manu-xyz.blogspot.com/ ) : Manu-xyz est une incroyable découverte de la blogosphère. Dessinateur autodidacte, il livre dans son blog de véritables billets d’humeur qui portent en eux une vision de la société, de la politique, de l’homme. Il faut ajouter à cela un trait prenant, entre l’hyperréalisme et la caricature, souvent très prenant (manu-xyz se dit inspiré par des dessinateurs comme Solé, Alexis, Will Eisner, Boucq, dont l’influence apparaît comme évidente ; source : http://www.festival-blogs-bd.com/2009/07/interview-2009-manu-xyz.html ).
Tu mourras moins bête de Marion Montaigne (http://tumourrasmoinsbete.blogspot.com/). La dessinatrice Marion Montaigne utilise le support du blog mais pour un usage tout à fait différent de son usage habituel de carnet de notes personnel. Elle met en scène le « professeur à moustaches » dans des planches d’explications pseudo-scientifiques assorties d’un humour loufoque. Son style très expressif, proche de Reiser. Au final, une alternative originale à la monotonie des blogs bd. Précisons que, au-delà de son blog, Marion Montaigne est uen dessinatrice professionnelle ayant déjà publié quatre albums.
Eliascarpe (http://eliascarpe.over-blog.com/) : Si le contenu reste plus traditionnel (anecdotes de vie, humeurs…), c’est, comme chez manu xyz, la qualité du dessin d’Eliascarpe qui m’a frappé. Le blog met en scène un personnage, Elias, inspiré de l’auteur, et son collocataire dans des histoires longues souvent très drôles et imaginatives, dans la lignée des notes de Boulet.

A suivre dans : Blogs bd, l’illusion autobiographique

Advertisements
Published in: on 16 octobre 2009 at 20:14  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://phylacterium.wordpress.com/2009/10/16/le-bien-le-mal-et-les-blogs-bd/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :